[Art] Un artiste calédonien brûle des voitures pour dénoncer la mondialisation !

 

“En art point de frontière.”  C’est ce que cet artiste calédonien essaye de nous montrer au travers de ses œuvres!

Il n’a pas choisit la peinture, la sculpture ni même le dessin ! Non ce qu’il aime c’est « bruler pour dénoncer » :

« Pour moi bruler des voitures c’est comme taper du poing sur la grande table qu’est l’industrialisation! (…) Grâce à mon briquet je soulève la question du « pourquoi » pour la transformer en « bourre toi » !

Nous vous laissons découvrir quelques unes de ces innombrables œuvres qu’il laisse sur nos routes calédoniennes :

   « La benne dans le caniveau représente l’effondrement de notre société capitalo-triangulaire! »

 

 

« Les 2 voitures sont dans un sens complètement aléatoire signifiant l’anarchie occidanto-travesticulturelle des politiciens »

Comment expliquez vous le fait que la population ne comprenne pas votre art?

« Malheureusement beaucoup de calédoniens sont contre mon art et mes œuvres en général. En effet les esprits ne sont pas assez ouverts ! Ce n’est pas de leur faute mais bien du monopole franc-massonique de Bélép qui fait ça! »

 

« Une voiture blanche, porte ouverte en signe de la désinvolture économique patriarcale des conspirationnistes! »

 

 

« J’ai passé beaucoup de temps sur celle-ci! En effet l’alignement permet de dénoncer le Fordisme et les chaines économiques mondiale ! »

 

 

Et le lycée Lapérouse ?

« La c’était juste pour le délire (rire) « 

8 pensées sur “[Art] Un artiste calédonien brûle des voitures pour dénoncer la mondialisation !

    • 25 janvier 2017 à 8:38
      Permalink

      Il préfère garder l’anonymat! Mais il prévoit une futur expo en plein air ! :p

      Répondre
  • 25 janvier 2017 à 7:33
    Permalink

    Ah l’art contemporain ! Qq paramètres plastiques et une bonne dose de branlette!
    « Scoupltoure c toujours même processous » Les inconnus 😉
    Excellent article

    Répondre
  • 26 janvier 2017 à 1:33
    Permalink

    bonne idée! mais il aurait pu allumer ces voitures à la façon dont faisaient nos ancêtres… pour « aller au bout de l’oeuvre » (j’sais pas si j’peux dire ça comme ça, si vous comprenez?) au bout du « … pour dénoncer la mondialisation ». Enfin c’est ma petite réflexion.

    Répondre
  • 12 mars 2017 à 7:54
    Permalink

    Un des plus gros problèmes de la mondialisation et l’industrialisation est la pollution que ça engendre.
    Perso, je ne suis pas fan du tout de ses oeuvres qui accentue le caractère éphémère de ces objets de grande consommation. C bien beau comme combat mais l’artiste pollue trois fois plus en brulant ces voitures que si elles avaient suivit une filière normale de décontamination et élimination en fin de vie.
    Merci pour la couche d’ozone et merci pour ta terre qui se passait bien de ces cadavres dans le décor.
    Un peu de réflexion sur le sens des actes est nécessaire pour être un artiste qui aime sa terre…

    Répondre
  • 14 mars 2017 à 12:46
    Permalink

    L’art est discutable et subjectif, j’en convient. Ceci dit, j’aurais bien aimé apprendre dans cet article d’où proviennent les dites voitures. Car en toute franchise, je trouve que gaspiller des ressources déjà produites et encore fonctionnelles constitue un comportement tristement plus désastreux que la mondialisation en elle-même. Et ces  »expositions extérieures » sont-elles contrôlées? L’artiste vient-il ensuite ramasser les voitures pour bien recycler les pièces encore recyclables..? Ne doit-il pas, ironiquement, utiliser une voiture de remorquage pour récupérer les voitures qu’il a détruite. Et pourquoi utiliser un briquet provenant d’une usine automatisée directement issue du modèle Fordiste qu’il dénonce? Je reste perplexe devant toute cette incohérence..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.